Restauration du gisant de la Reine Bérengère

Appel aux dons pour la restauration du gisant de la Reine Bérengère
souscription_du_gisant_reine_berengere_juillet_2020

Il tarde à Bérengère de retrouver son sanctuaire… Le projet du déplacement du gisant dans le chœur de l’église abbatiale de l’Abbaye Royale de l’Epau est sur le point de se concrétiser ! La Fondation du Patrimoine et le Conseil départemental de la Sarthe lancent une collecte de dons, afin de participer aux travaux nécessaires au déplacement de l’ouvrage sculpté en pierre du XIIIème siècle.
L’objectif : améliorer les conditions de conservation de l’œuvre, actuellement sensible aux aléas climatiques, améliorer sa présentation aux publics, tout en se rapprochant de la configuration historique d’origine, dans le chœur de l’église.

 

Lancement de la collecte de dons
La Fondation du patrimoine et le Conseil Départemental de la Sarthe lancent une collecte de dons pour la restauration du gisant de la Reine Bérengère le 7 juillet 2020 à 14h30 à l’Abbaye Royale de l’Épau.
Cet ouvrage sculpté en pierre, conservant des vestiges de polychromie, est actuellement exposé aux variations climatiques.
C’est la raison pour laquelle les travaux engagés, dont le coût s’élève à 142 631 euros, permettront d’améliorer ses conditions de conservation et sa présentation aux publics en se rapprochant de sa configuration d’origine.
L’objectif de la collecte de dons est fixé à 42 000 euros.

 

Le gisant, une oeuvre patrimoniale internationale
Le gisant de la reine Bérengère est en pierre calcaire, type cliquart. Il a été sculpté dans la seconde moitié du XIIIe siècle. La représentation de Bérengère, sans doute idéalisée, porte la couronne, signe distinctif d’une reine. Au Moyen Âge, le gisant était entièrement peint : bleu azurite pour la robe, rouge clair pour le manteau, bleu-vert pour le voile, ocre-jaune pour le lion. Des traces de polychromie sont encore visibles sur le voile qui couvre la tête. La reine repose sur une dalle, elle est couchée, la tête sur un coussin, vêtue d’une robe ceinturée et d’une cape et tient entre ses mains un livre sur le plat duquel elle est représentée entre deux flambeaux. À ses pieds se trouvent un lion et un chien. La sculpture, de main inconnue, est datée du milieu du XIIIe siècle.
 

Le projet de déplacement et de restitution
Le projet consiste au déplacement du gisant dans l’espace intérieur de l’église abbatiale, ayant pour objectif l’amélioration des conditions de conservation, mais aussi de présentation.
Ainsi, le public pourra s’approcher du tombeau médiéval, tel que découvert en 1817 par Stothard. Le remontage du tombeau comprend la réintégration de trois panneaux sculptés en pierre du coffre 
constituant le socle du gisant, retrouvés récemment. L’intérêt patrimonial de cette oeuvre et sa fonction religieuse, se devaient d’être représentés : le tombeau était très probablement initialement placé au centre du sanctuaire, occupant ainsi un espace à la fois politique, liturgique et symbolique. Par conséquent, il a été retenu que la proposition du nouvel emplacement dans le choeur était la solution qui portait le plus de sens et une véritable portée historique.

 

Le label chantier de France
Le chantier de restauration et de déplacement du gisant a obtenu le label Chantier de France : ce label créé à la suite de l’incendie de la Cathédrale Notre-Dame de Paris vise à transmettre le savoir-faire des métiers d’arts. Le jeune public sera ciblé pour cette opération avec le développement d’actions de médiations spécifiques et de partenariats. A ce titre, des visites guidées de chantiers et des démonstrations d’artisans seront organisés pour le grand public.

 

L’appel aux dons s’adresse à tous, particuliers et entreprises souhaitant participer à la réalisation  de ce projet patrimonial et historique :
Pour faire un don et consulter les contreparties : www.fondation-patrimoine.org/66202
La Fondation du patrimoine fera parvenir à chaque donateur un reçu fiscal.